B’Tselem Camera Project

«Diaa et Shatha étaient particulièrement enthousiastes à l’idée d’apprendre à utiliser une caméra, comme les centaines d’autres bénévoles qui filment leur vie sous occupation.»

En 2007, B’Tselem – centre israélien d’information pour les droits humains dans les Territoires occupés – a commencé à distribuer des caméras vidéo à des Palestiniens en Cisjordanie, à Jérusalem-Est et dans la bande de Gaza, où les affrontements avec les forces de sécurité israéliennes sont monnaie courante. Les vidéos permettent de montrer au public israélien la réalité de la vie sous occupation, elles atteignent aussi des millions de personnes via le web et les médias grand public et sont utilisées comme preuve dans les procès. Au fil des ans, B’Tselem a collaboré avec plusieurs médias pour des articles et reportages, montés à partir des images de ces caméras. Par ex. avec The Guardian «Living in East Jerusalem» et le site d’information israélien Ynet «Gaza: an Inside Look». En 2009, B’Tselem Camera a remporté le One World Media Award et en 2012, le prix Freeform Documentary décerné par le Documentary Filmmakers Forum (Israël).

LA FAMILLE AL-HADDAD a tourné les images de Smile and the World Will Smile Back. Le père, Abdelkarim, et ses deux fils Diaa et Ahmad travaillent comme cordonniers, tandis que sa fille Shatha est secrétaire médicale. Depuis 2008, ils filment régulièrement des violations des droits humains à Hébron dans le cadre de B’Tselem Camera.

EHAB TARABIEH est né à Majdal Shams sur le plateau du Golan, en 1982. Il est diplômé de l’école Sam Spiegel Film & TV de Jérusalem. Il travaille actuellement comme coordinateur du projet B’Tselem Camera et est en train de préparer son premier long-métrage fiction.
YOAV GROSS est né à Jérusalem en 1977. Il est documentariste et activiste vidéo. Il a étudié le cinéma à l’Université de Tel-Aviv et était en 2014 le directeur du
département video de B’Tselem.
Ils ont monté ce film en restant le plus proche possible des images brutes de cette nuit-là.