Mai Masri

Née en 1959 à Amman d’un père palestinien de Naplouse et d’une mère américaine, Mai Masri étudie le cinéma à l’Université de San Francisco. En 1981, elle retrouve le Liban, pays de son enfance, pour se consacrer à la réalisation de documentaires.

Mai Masri fait partie des pionniers du nouveau cinéma palestinien, indépendant du cinéma révolutionnaire: en 1983, elle en est la première réalisatrice, la seule cheffe-opératrice et la seule monteuse.

Ses films, dont certains sont co-réalisés avec son mari Jean Chamoun, sont fortement imprégnés de l’exil et de son vécu durant la guerre civile libanaise. En donnant surtout la parole aux femmes et aux enfants, ses documentaires dressent des portraits et des témoignages poignants sur la vie dans les camps de réfugiés palestiniens et pendant la guerre civile, dont Les Enfants du feu (1990), Les enfants de Chatila (1998), Une femme de son temps (1995), et en 2001, Rêves d’exil (présenté à PFC’E 2014). Ces films ont obtenu plus de 60 prix internationaux.

En 2011, le couple remporte à Cannes, le prix MIPDoc Trailblazer qui couronne leur œuvre.

En 2015, Mai Masri réalise sa 1ère fiction, 3000 Nuits, inspirée par les témoignages de prisonnières palestiniennes qui ont accouché dans une geôle israélienne. Le film recevra de nombreux prix (présenté à PFC’E 2016).

Evénement(s) en relation