Wisam Al Jafari

Wisam Al Jafari est né en 1992 dans le camp de réfugiés de Dheisheh, à Bethléhem. Il découvre la photographie lors d’un atelier scolaire de l’UNRWA à 15 ans.

«L’image vaut mieux que des mots pour expliquer la vie des Palestinien.ne.s, le cinéma c’est comme de la magie, je me suis tout de suite dit que je voulais en faire mon métier.»

Pendant ses études de cinéma à l’Université Dar Al-Kalima de Bethléhem et son diplôme en poche, Wisam Al Jafari travaille sur de nombreux films en tant qu’assistant-réalisateur, régisseur, assistant-caméra et ingénieur du son. Lui-même réalise Congratulations For the New Wall Paint (2017) et des films expérimentaux Wall et Mask (2018). En 2019, Ambience est un des 17 courts- métrages étudiants sur 2’000 choisis par Cinéfondation au Festival de Cannes.
Il prépare actuellement un long-métrage documentaire sur la relation amoureuse d’une prisonnière et d’un prisonnier palestinien.

«En tant que 3e génération, j’ai essayé d’exprimer ma vie quotidienne dans un camp de réfugiés, dans l’espoir de changer l’image stéréotypée de ‘lieu de vie pauvre ou ignorant’. Le camp n’est pas un obs- tacle à la production artistique et culturelle. Malgré l’absence d’intimité, le bruit constant des voisins ou des bombes, les coupures d’électricité, c’est un lieu d’inspiration pour les jeunes. Le camp est capable de créer la vie à partir de rien, pour poursuivre un idéal, s’il existe.»

Evénement(s) en relation