• mar. 08 Déc. à 19h15
    Cinéma Spoutnik

Biladi, une révolution

Réalisation: Francis Reusser

1970 — 63 min

Réalisation, scénario: Francis Reusser, Jean-Pierre Garnier

Caméra: Francis Reusser

Son: Jean-Pierre Garnier

Photos: Armand Deriaz

Production: Ciné Atelier, Suisse

Jordanie 1970 : A la manière d’un tract politique, le film exalte la révolution palestinienne à travers le rôle des combattants, des femmes, des ouvriers, des enfants. Chants et poèmes révolutionnaires rythment la lutte du peuple pour sa libération. Ce film prend la défense d’une cause très peu soutenue à cette époque dans notre pays. Biladi, une révolution est un des tout premiers (si ce n’est le premier) films sur la question.

Armand Deriaz raconte …

Zürich est sous la neige ce 18 février 1969. L’après-midi, une VW blanche s’arrête sur une place de parking en bordure de l’aéroport de Kloten. Trois hommes et une femme, militants du FPLP-Front populaire pour la libé- ration de la Palestine, sont à l’intérieur. Vers 17h30, un Boeing 720 B de la compagnie israélienne El Al est en face du véhicule, en attente de décoller pour Tel Aviv. Deux militants sortent alors de la VW et tirent à l’arme automatique en direction du cockpit: six passagers sont blessés, le pilote mourra 5 semaines plus tard à l’hôpital de Zürich. L’agent de sécurité israélien qui est à bord, parvient à descendre de l’avion et à franchir la clôture qui le sépare des Palestiniens. Il tire et tue l’un des militants du FPLP.
L’officier israélien et le commando palestinien sont arrêtés. Les autorités suisses «condamnent fermement les agissements des assassins».

Décembre 1969, fin du procès : les trois militants palestiniens sont condamnés à 12 ans d’emprisonnement, l’agent du Mossad est acquitté. S’en suivent des manifestations en Suisse. Une fracture se forme entre pro Israéliens et pro Palestiniens. La Suisse est accusée de prendre le parti d’Israël.

Choqués par cette situation, Francis Reusser cinéaste et Jean-Pierre Garnier jeune réalisateur à la TSR, prennent contact avec le responsable du Fatah à Genève. Celui-ci est prêt à soutenir un projet d’information – un reportage et un film – réalisés avec les militants du Fatah dans les camps de réfugiés en Jordanie. Francis Reusser à la caméra, Jean-Pierre Garnier au son et Armand Deriaz photographe, s’envolent pour la Jordanie au début avril 1970.

Soutenu par Freddy Buache de la Cinémathèque suisse et Charles-Henri Favrod directeur de CADIA-Communauté d’action pour le développement de l’information audio-visuelle, le projet prend forme: le film Biladi, une révolution et le livre «Guerre du Peuple» sortent fin 1970.

«Notre engagement fut celui du cœur. Si une instrumentalisation par les Palestiniens doit être mentionnée, celle-là fut aussi celle du cœur. Nous les avons aimés, nos Palestiniens, dans leur «guerre», même si cette «guerre» n’était pas la nôtre».  Armand Deriaz

En présence d’Armand Deriaz et de Jean Reusser.